bandeau


L'Ensemble Scolaire Notre Dame - La Salle

    L'ENSEMBLE SCOLAIRE NOTRE-DAME LA-SALLE appartient au réseau éducatif lasallien, présent dans 80 pays et qui regroupe en France 180 établissemens et scolarise près de 100 000 élèves.

Un peu d'histoire

    L'ensemble scolaire Notre Dame - La Salle, en tant qu’école libre dirigée par des laïcs, a commencé à exister après la guerre de 1914 dans des bâtiments ayant appartenu aux Sœurs de la Visitation.

    Le 10 octobre 1940, sur le chemin de l'exode, le hasard conduit deux religieuses de la "Divine Providence" de Saint-Jean-de-Bassel à s’arrêter à Pont-à-Mousson où elles allaient trouver refuge dans ces bâtiments.

    Le 18 octobre 1940, elles y ouvrent une école, l'ensemble scolaire, placée sous la protection de la Vierge et répondant aux convictions religieuses du fondateur, le Père Jean Martin MOYE , avec une classe d'une vingtaine d'enfants de 9 à 11 ans.

    Dès 1941, on compte 181 élèves. L'école s'est peu à peu développée.

    Le 2 mai 2009, les Sœurs de la Divine Providence de Saint-Jean de Bassel, dévoluent leur tutelle aux Frères des Ecoles Chrétiennes. Les sœurs ont crée l’école, animées par leur fondateur Jean Martin Moyë, et en gardaient un certain contrôle.     Ne pouvant plus exercer cette tutelle, elles la transmettent à une autre congrégation dont le fondateur est Saint Jean Baptiste de La Salle. 

Qui était Saint Jean-Baptiste de La SALLE ?

photo

    Jean-Baptiste de La Salle, chanoine de Reims, aide un petit groupe de maîtres d'écoles gratuites à se mettre à la hauteur de leur mission d'éducateurs chrétiens et, renonçant à sa situation de privilégié, s'unit à eux dans les années 1680-1685. C'est ainsi que naît l'Institut des Frères des Écoles Chrétiennes, entièrement voués à l'éducation chrétienne des "enfants des artisans et des pauvres", tous laïcs et menant, en ville seulement, une vie proche de celle des religieux, avec la soutane noire, le rabat blanc et "les quatre bras" (manteau à manches flottantes) qui seront connus dans le monde entier.

Un novateur pédagogique

    Jean-Baptiste de La Salle fut un novateur en pédagogie. Et surtout il sut rassembler et généraliser les trouvailles de ses devanciers.

    Il n’hésite pas à rompre avec des habitudes de son temps. Certes, quelques attitudes demandent aujourd’hui à être révisées, comme le caractère trop logique et analytique des méthodes, l’insistance sur le silence et sur la gravité, au détriment de la liberté d’expression et d’une saine détente.

    Mais d’autres principes restent toujours valables : le caractère global de l’éducation (à la fois chrétienne, intellectuelle, pratique, morale), l’importance des bases que sont la lecture, l’écriture, le calcul, l’usage de la répétition, du contrôle régulier, la participation active et la responsabilisation de l’élève, etc.

Le fondateur des Frères des Ecoles Chretiennes est nettement en avance sur son temps.

Les principales innovations

* L’enseignement simultané :
Jusque-là, le maître s’occupait individuellement des enfants. Pendant ce temps, les autres restaient inactifs. Dans les classes des Frères, les élèves sont groupés par niveau ("l’ordre").

* L’apprentissage de la lecture dans la langue maternelle  :
Jusque-là, on apprenait à lire d’abord en latin.

* Le sens pratique dans l’enseignement :
Les élèves travaillent sur des contrats, des imprimés et autres documents dont ils auront à se servir plus tard.

* Une sérieuse formation des maîtres :
Ce fut chez le fondateur un souci constant. Formation tout à la fois chrétienne et pédagogique.

* L’éducation de tout un peuple et non plus des seules élites :
C’est pourquoi il insiste tant sur la gratuité scolaire.